Ne vous fiez pas au titre ! Il est trompeur : je ne n’ai pas la réponse au mystère de la chaussette manquante. Elle disparaît et puis c’est tout. L’autre reste seule. Orpheline ? Veuve ? Célibataire esseulée ? Christine ROSANA, auteure, a été inspirée par la photo du “Mémorial aux chaussettes disparues”. De sa belle Namibie où elle vit, elle nous a envoyé une petite réflexion sur le couple Chaussette.

Dans une paire de chaussette, l’une est parfois joueuse … quand bien même serait-elle celle de l’archiduchesse.

Il y en a toujours une qui se cache. Elle affectionne les recoins sombres et les espaces secrets. Elle est volage et ne se contente pas de se coller à son autre au fond du placard. Au fond des tiroirs, déjà, elle s’ennuie, pelotonnée, roulée, elle ne supporte guère cet entrelac entre congénères.

Elle a une fâcheuse tendance à vouloir explorer.  Les dessous de commodes, de lits, les tréfonds de la machine à laver, tous ces espaces sont affriolant pour l’aventuriere qu’elle est. Elle adore se perdre dans les jardins, plutôt que d’être suspendue tête en bas aux fils à linge.

Elle déteste l’enfermement dans la chaussure, l’humidité et les odeurs… Comme on la comprend !

La chaussette rêve d’air frais et d’indépendance, peut-on la blâmer pour cela? Cette voyageuse fait des farces, ré-apparaît quelquefois là ou l’on ne l’attend pas. On la retrouve au fond d’un lit, dans un panier à chats ou alors dans un espace improbable.

On ne sait rien de son mode de transport, elle file, c’est tout.

Bref la chaussette va de paire, mais elle finit souvent seule, orpheline, sans jamais retrouver son double. Christine Rosana

Christine Rosana est née en 1965 en Franche-Comté. Très jeune orpheline de mère, la fillette est élevée par ses grand-parents. Très tôt, elle est attirée par l’Afrique jusqu’au coup de foudre pour la Namibie. Le départ s’impose en 2005 avec mari et enfants, pour un changement radical de vie. Sans qu’elle le sache déjà, ce sera une deuxième naissance. C’est dans les bras de cette mère adoptive, qui va lui offrir les clés d’un monde à part, qu’elle puisera de nouvelles forces. La confiance retrouvée va lui insuffler le goût de l’écriture.